messalyn

Mot-clé - porcelaine

Fil des billets - Fil des commentaires

21octobre2019

Enchanteresse : Genèse d'une collection

A blurry salamander resting at the bottom of a hand-painted teapot from the Enchanteresse collection, centered around the faery realm

Ma vision de l'Enchanteresse est celle une magicienne recluse de haute extraction, pratiquant son art depuis le cœur de son domaine, fut-il réduit à une tour semblant au maraud la ruine d'une demeure autrefois fastueuse. Une forêt ou une île, rien n'est assez distant. Vous ne vous identifierez pas à elle car elle n'a cure de l'orgueil de Mortalité et de ses prétentions à des filiations surnaturelles. Un troupeau de moutons noirs reste un troupeau de moutons. Sur son territoire, elle régit le temps et l'espace. En ce sens ses voisins sont les Cours fées ou les contes de Grimm, ce qui explique pourquoi eux aussi se sont retrouvés mêlés à cette collection.

My vision of an Enchantress is one of a recluse magician of the highest lineage, practicing her art from the centre of her domain, be it a seemlingly ruined tower from a former somptuous castle to the eye of the peasant. A forest or an island, nothing is remote enough. You won't identify to her for she doesn't care a fig about Mortality's pride and ceaseless claims to any kind of surnatural parentage. A herd of black sheeps is but a herd of sheeps, after all. As time and space belong to her on her own territory, her closest neighbours on that level would be the (Un)Seelie courts or Grimm's fairy tales, which explains how these found their way into the collection as well.

Archivée dans le portfolio · En vente dans la boutique / Archived in the portfolio · For sale in the shop[fr]

Lire la suite...

12octobre2019

The Handmade's Tale

Analog photo of a large teacup in the process of being painted with a lingerie theme in seafoam green, but still unfired
Mug en cours sur le thème de la lingerie, couleur vert d'eau, novembre 2017 / Mug in the process of being painted with a lingerie theme in seafoam green, november 2017

Où « handmade », fait-main, est ma religion, ma croix, ma malédiction. Je suis l'une de ces personnes obstinées qui aimeraient tout faire elles-même, constamment emmêlée dans une chaine de productions interdépendantes, bien que la plupart des gens ne voient que le maillon final. Lorsque j'ai commencé à partager mes travaux, la coutume voulait que cela se fasse au travers d'une page perso, la plupart du temps faite maison ou d'après des templates créées et généreusement partagées par des particuliers. On pouvait aussi fréquenter les forums, mais cela demandait une certaine confiance dans son coup de crayon, et pour moi c'était bien trop tôt[1]. Maintenant qu'il y a une tripotée d'outils disponibles à tout un chacun pour présenter son travail sans se faire suer, seuls les abrutis affublés de la tare sus-mentionnée persistent et ce malgré la complexification croissante de ce hobby empoisonné. Voilà pourquoi, même si cela vous semble absurde, je n'ai pas eu envie de partager mes dernières productions avant de faire quelques aménagements sur l'espace central de ma vie sur le net, soit mon site perso. Mes travaux sont mieux là-bas, au sein de cet écrin si minutieusement tissé (des lignes et des lignes, à l'infini)[2]. Mais le blog est parfait pour dévoiler un peu les coulisses alors allons-y !

In which handmade is my religion, my cross, my curse. I'm one of these obstinate persons that want to do everything by myself, tangled in the chains of works that are relative to each other, usually invisible to others persons. When I first started sharing my work, custom would have it that one did so through a personal page, mostly handmade or based on templates some folks were making and generously distributing. Posting on forums was also an option, although not really one for me, not fully, as it required a great deal of confidence and I think it was too early[1]. Of course, now there are countless more options for sharing without breaking a sweat, only fools persevere in the wicked way of yore, in denial of the increasing difficulty of this ex-hobby turned full-time job. Being one of these cretins, I couldn't share anything I did recently if my web anchorage needed some repairs ; it was achieved a couple days ago. Such dedication to the jewelcase tends to give one an inclination not to separate it from the jewels, so you'll need to visit to see the new work[2]. However, this blog is the perfect place to write about my behind-the-scene journey, so here we go!

Lire la suite...