messalyn

Tous mes béliers noirs

vendredi 14 juillet 2017, 20:14

Mon blog se meurt quand je n’y poste pas des dessins. J’ai toujours eu du mal à l’utiliser pour autre chose et avoir fourni l’url à des gens très variés, n’aide pas à y déverser sa pensée, quand bien même les retours écrits sont pratiquement inexistants et que cette même audience que je crains ne semble pas au rendez-vous si j’en crois mes statistiques — que j’ai mises en place très tardivement, jusqu’à ce que l’absence de réaction ne suscite trop de questions en somme, ayant longtemps voulu préserver l’anonymat de mes lecteurs et leur éviter d’être jetés en appât au géant du net Google qui en sait déjà trop sur eux. Il faut dire que depuis que je tiens ce journal les lignes entre les lignes et les présences invisibles font intégralement partie du jeu et je n’étais pas intéressée par le fait de percer le truc derrière la magie. Encore maintenant, je ne scrute mes statistiques que pour savoir quelles personnes que je connais bien sur un panel qui tient sur les doigts d’une main, a lu mes billets sans commenter, surtout quand je laisse des petits messages au jus de citron. Je ne sais pas comment faire pour raviver la flamme des échanges sur ce blog (sur les blogs, d'ailleurs). Je ne peux pas lutter contre le déplacement de l’intérêt du « public », y compris celui de la première heure, des espaces personnels vers les espaces personnalisés depuis une interface commune. Je ne sais même pas ce que la plupart des gens pensent de mon site de dessin, la coquille, le contenant. Est-ce que le scroll pour accéder aux dessins, voire même le clic pour aller voir au delà des 9 derniers ne décontenance personne ? Allez-vous voir les nouveaux herbiers alors même que la vignette qui les représente n'apparaît plus sur la page d’accueil depuis longtemps car l'ordre des vignettes ne tient compte que du premier herbier de 2014 ? Est-ce que mon pari risqué d’une palette peu contrastée passe quand même ou est-ce un échec cuisant ? Quand j’avais encore un ordi fixe, mon écran est resté mal calibré des années et j’ai eu des grosses surprises dans les plages sombres en allant voir mes illustrations depuis d’autres postes. PERSONNE ne me l’avait dit.

Lire la suite...

The Last Kowska

jeudi 15 juin 2017, 14:42

herbier-lingerie-ban.jpg

Lire la suite...

Interlude (CCCXXXIII)

jeudi 1 juin 2017, 12:14

C'est presque tentant de s'arrêter là. nowplaying: Jefferson Airplane — White Rabbit

Lire la suite...

Printemps Indien Part I : Brume arrangée

vendredi 21 avril 2017, 14:14

Relater mes voyages par ici fait partie de la tradition, mais il est vrai que d'habitude, je suis dans mon rôle d'archiviste familiale, que cela soit par l'image ou par la tenue de journaux de bord, alors ce voyage à la Réunion que je vais commencer à raconter ici est un peu spécial. Si je suis partie en famille, ce n'était pas la mienne, si certains frais m'ont été épargnés, je suis encore en train de rembourser le billet d'avion à quand même 1100€ ; et enfin pour la première fois cette décennie, je suis partie un mois complet. Ceci étant dit, certains jours ayant été plus richement illustrés que d'autres, vous devriez pouvoir échapper à un découpage interminable de ma part. Mais pas aux nom latins des plantes que j'essaie d'identifier dans mon livre La Réunion Faune et Flore.

Relating my travel adventures here has been a sort of tradition, but admittedly I usually do it as the family's archivist, either in term of photos or diary logs, so that trip to the Reunion Island I want to tell you about is going to be a little bit special indeed. While it was a family trip all right, it wasn't my own, and while I was saved some expenses, my repaying the 1100€ (!) plane ticket is still underway ; and finally for the first time in a decade I was gone for a full month. That being said, as some days were more picturesque than others, you might be safe from neverending instalments of my report. Not so much from latin plant names as I'm perusing my naturalist book about Reunion.

Dead Island
I still remember dearly my last stay on a tropical island… awww those were the days.

Lire la suite...

Tout ce qui brille

vendredi 14 avril 2017, 04:12

(english below)

Lecteur lecteur, aujourd'hui tu es convié à un post d'appréciation de bouquin. Nous allons nous pencher sur une lubie qui a commencé un beau jour à la fin du mois d'août 2013, lorsque je plaçais une commande sur Book Depository, première d'un historique pratiquement intégralement constitué de couvertures chatoyantes et snobinardes nonobstant un livre pour offrir et une bd anglophone. Aux côtés d'un Emma brodé (meilleure idée pour une couverture de livre, collection hélas trop restreinte), et d'un Wuthering Heights qui fût également le premier livre pour lequel je dus trancher la mort dans l'âme entre plusieurs versions très attirantes, il y avait The Great Gatsby par F. Scott Fitzgerald. Puisque ma dernière commande chez eux le mois dernier comprenait un autre Fitzgerald de la même collection, The Beautiful and Damned qui trouva particulièrement résonnance avec mon aversion pour l'idée d'une carrière qui trahirait mes réelles qualifications pour de l'argent, le moment m'a paru opportun de se pencher sur ce sous-courant du livre de bobo développé dès le premier jour :

Lire la suite...

- page 1 de 64